Leda : une héroïne qui croit comme elle vit

 

 

Féministe, anarchiste, musulmane, individualiste, femme de lettres, chiromancienne, partisane de l’amour libre, athée, pacifiste, idolâtre… Décrire Leda Rafanelli, c’est écrire un inventaire à la Prévert.Dès l’âge de 14 ans, Leda Rafanelli a travaillé dans une imprimerie. Assemblant les caractères en plomb (y compris ceux de journaux socialistes et anarchistes) elle accède ainsi à une culture normalement inaccessible à son origine modeste… et se forge des convictions politiques. Et Leda croit comme elle vit, sans aucun sens de la mesure : une rencontre fondatrice avec l’Égypte où elle se convertit à l’islam, de nombreuses amours, une maison d’édition, une carrière littéraire sous plusieurs identités… et un engagement qui fait d’elle une figure centrale de l’anarchisme italien du début du XXe siècle. En 1913, elle vit une brève liaison avec Benito Mussolini (alors directeur d’un journal socialiste) dont elle conserve une embarrassante correspondance qui protégera ses proches lors de la répression fasciste. Leda Rafanelli a vécu mille vies en une.Elle n’était pas à un paradoxe près…Et emmerdait à peu près tous ceux que ça emmerdait ! Faire sa connaissance à travers cet ouvrage fut un régal, j’espère que vous vous délecterez autant que moi… 

 

Bonne lecture !

 

Célina Salvador,

Éditrice

 

 

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Please reload